Savon Jotun : eucalyptus et menthe poivrée [recette]

Jotun est la toute première recette de savon saponifié à froid que j’ai réalisée lorsque je me suis lancée dans la saponification à froid. Par peur de me rater et ne voulant pas prendre le risque de gâcher des huiles rares, j’avais choisi pour cette recette un mélange d’huiles végétales assez peu onéreuses mais néanmoins très efficaces : l’huile d’olive et l’huile de coco.

Le nom de ce savon, Jotun, évoque la Scandinavie et la mythologie nordique, en accord avec le parfum frais et vivifiant créé par les huiles essentielles d’eucalyptus et de menthe poivrée.

Comme vous pourrez le constater sur les photos, je n’ai pas pu m’empêcher dès cette première recette de relever un petit défi supplémentaire : colorer une partie de la pâte pour réaliser de légers motifs sur le dessus du savon.

Savon saponifié à froid Jotun, aux huiles essentielles d'eucalyptus et de menthe poivrée [recette] © L'Amour des trois agrumes

Les ingrédients :

Pour pain de savon d’1,2kg environ surgraissé à 8% :

・Huile d’olive : 560g / 70 % du poids total des huiles
・Huile de coco : 240g / 30 % du poids total des huiles
・Une cuillerée à café d’huile d’olive supplémentaire

・Quantité de lessive de soude diluée à 30 % à calculer pour un surgraissage à 8 %

・Huile essentielle de menthe poivrée : 4g / 0,34 %
・Huile essentielle d’eucalyptus : 6g / 0,51 %

・Colorant Oxyde minéral bleu : une pointe de couteau environ, à doser en fonction de l’intensité de bleu souhaitée.

Une liste d’ingrédients plutôt courte mais un résultat tout à fait à la hauteur !

La recette :

Attention, avant de vous lancer dans la saponification à froid, il convient de bien vous renseigner. C’est une pratique passionnante, mais qui demande de prendre certaines précautions et de se procurer du matériel dédié (article détaillé à venir).

‣ Je prépare mon espace de travail en en recouvrant toutes les surfaces fragiles et je revêts ma tenue de saponification (haut à manches longues, pantalon, chaussures fermées, gants et lunettes).

‣ Je désinfecte tous mes ustensiles et tous mes récipients (10 minutes à l’eau bouillante ou bain d’alcool à 70°).

‣ Je pèse mes ingrédients séparément. Je verse l’huile d’olive et l’huile de coco dans un récipient allant au bain-marie et je commence les réchauffer.

‣ Pendant ce temps, je pèse mes huiles essentielles.

‣ Dans un autre récipient, je prélève une toute petite quantité d’oxyde bleu et je le dilue dans une cuillerée à café d’huile d’olive environ afin d’éviter les grumeaux et assurer une future bonne répartition de la couleur dans la pâte à savon.

‣ Dans un dernier récipient, je prélève la bonne quantité de lessive de soude en veillant à ne pas en renverser.

‣ Lorsque mon mélange d’huiles atteint 70°C, je retire le récipient du bain-marie et j’y verse doucement la lessive de soude. On verse toujours la soude dans les huiles, et surtout pas le contraire : risque de projections et de brûlures.

‣ Je commence à mélanger doucement à la spatule pour répartir la soude. Puis je continue au mixeur plongeant, en vérifiant que le mélange se fasse bien de manière homogène.

‣ La pâte commence à blanchir et à épaissir, c’est bon signe : la soude réagit avec les huiles et les transforme en savon. Je continue de mixer jusqu’à l’apparition d’une trace moyenne.

‣ Je prélève ensuite 50 à 70g de pâte à savon que j’ajoute au récipient contenant le mélange d’oxyde bleu et d’huile d’olive afin de la colorer. Je mélange jusqu’à ce que la couleur soit répartie de façon uniforme. Si la coloration bleue me paraît trop faible, je dilue à part une très petite quantité d’oxyde bleu supplémentaire dans un peu d’huile d’olive que j’ajoute à la pâte à savon, et je mélange de nouveau..

‣ Dans le reste de pâte, je verse les huiles essentielles. Je mélange soigneusement à la spatule pour bien répartir les huiles essentielles sans pour autant accélérer la trace. Je verse ensuite cette pâte à savon dans le moule que je tapote quelques fois sur le plan de travail afin d’évacuer d’éventuelles bulles d’air et rendre la surface de la pâte bien horizontale.

‣ C’est le moment créatif ! Vous pouvez au choix recouvrir tout le dessus de votre savon de pâte bleue, ou créer un joli marbrage : pour cela, réalisez des lignes de pâte bleue ou des points que vous viendrez mélanger à la pâte jaune en faisant des zigzags à l’aide d’une baguette. Pour des explications détaillées, vous pouvez consulter les schémas très explicites sur le site d’Aroma-Zone, partie Propriétés et utilisations de la page du Moule en silicone à séparations, ou aller voir sur internet des tutoriels sur le marbrage à la baguette ou marbrage plume.

Moi, j’ai fait un mix des deux : ne voulant pas gaspiller de pâte à savon bleue, que j’avais en trop grande quantité par rapport à mon projet initial, j’ai fini par recouvrir quasiment toute ma pâte jaune de pâte bleue, mais j’ai réussi à créer de discrètes apparitions de pâte jaune dans la pâte bleue et vice-versa et à donner du relief au dessus du savon (ce qui est possible lorsque la pâte à savon a commencé à durcir un peu).

‣ Pour finir, je laisse durcir le pain de savon, et 48h plus tard, je ressors ma paire de gants pour le démouler délicatement et éventuellement le découper. Avec le moule à séparations d’Aroma Zone, j’obtiens 8 savons de 2,5 centimètres d’épaisseur.

‣ Enfin, je laisse les savons sécher à l’air libre mais à l’abri de la lumière directe du soleil pour 4 semaines minimum.

Savon saponifié à froid Jotun, aux huiles essentielles d'eucalyptus et de menthe poivrée [recette] détails du dessus © L'Amour des trois agrumes

Focus sur les ingrédients :

Les huiles végétales

L’huile d’olive est un basique en saponification à froid. Elle fournit peu de mousse, mais donne un savon onctueux et très doux pour la peau.

L’huile de coco s’accorde bien avec l’huile d’olive, car elle produit beaucoup de mousse et aide le savon à durcir. Elle est réputée asséchante pour la peau lorsqu’elle représente plus de 30 % du poids des huiles, mais je vous rassure, ce n’est pas du tout le cas ici puisque cet effet est totalement contrebalancé par l’huile d’olive.

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles de menthe poivrée et d’eucalyptus confèrent au savon un parfum frais très agréable et leur dosage léger leur permet de s’accorder parfaitement avec l’odeur naturelle de savon de la pâte.

Le colorant

L’oxyde bleu est un colorant minéral et donc naturel qui tient très bien en savonnerie, contrairement à d’autres types de colorants qui sont dégradés par la soude. Vous pouvez ajuster sa quantité en fonction de la teinte de bleue que vous souhaitez obtenir.

Le zest en plus :

En guise d’huile de coco, vous pouvez utiliser de la Végétaline.

En effet, la Végétaline… c’est de l’huile de coco ! (attention, il en existe aussi qui est fabriquée à partir d’autres types d’huiles végétales, regardez bien la liste des ingrédients et ne vous trompez pas lors de l’achat).

La différence, c’est qu’elle se présente sous forme hydrogénée, mais elle a exactement les mêmes caractéristiques que l’huile de coco vierge dans le cadre de la saponification à froid. En revanche, elle est bien moins onéreuse que l’huile de coco vierge. Certes, vous y perdez la délicate odeur de noix de coco naturellement présente dans l’huile de coco vierge, mais de toute façon, elle aurait disparu lors du processus de saponification en contact avec la soude. Comme elle se présente sous forme de pains solides, il faut la râper/la couper en petits morceaux pour en accélérer la fonte au bain-marie.

Savon saponifié à froid Jotun, aux huiles essentielles d'eucalyptus et de menthe poivrée [recette] vue d'ensemble © L'Amour des trois agrumes
Le petit carnet à motifs géométriques bleu et blanc visible sur les photos a été fabriqué par l’Atelier Dreieck

Découvrez d’autres articles :

Savon La Guerre des boutons [recette] : un savon saponifié à froid anti-acné

Laisser un commentaire